L’étude LINC 4 a démontré la supériorité d’Isturisa® (osilodrostat) comparé au placebo pour normaliser le cortisol au cours de la phase de 12 semaines en double aveugle, randomisée de l’étude (77 % vs 8 %, P<0,0001).

Isturisa® a permis de contrôler rapidement la production de cortisol et de maintenir ce contrôle chez la plupart des patients au cours de la phase principale de 48 semaines de l’étude.

Recordati Rare Diseases annonce la publication dans The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism de l’étude de Phase III LINC 4 confirmant l'efficacité et la tolérance d’Isturisa® (osilodrostat) chez les patients atteints de la maladie de Cushing.

Recordati Rare Diseases annonce aujourd’hui la publication des résultats positifs de l’étude de Phase III LINC 4 d’Isturisa dans The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism.1 Ces données renforcent la place d’Isturisa en tant que thérapie orale efficace et bien tolérée pour les patients atteints de la maladie de Cushing. Isturisa est indiqué dans l’Union européenne pour traiter les patients adultes atteints du syndrome de Cushing endogène,2 condition rare et débilitante d’hypercortisolisme, généralement causée par un adénome pituitaire (maladie de Cushing).3

L’étude LINC 4 renforce les données d’efficacité et de tolérance d’Isturisa chez les patients atteints de la maladie de Cushing et confirme les résultats de l’étude de Phase III LINC 3. Cette étude menée auprès de 73 adultes est la première étude de Phase III d’un traitement médical chez les patients atteints de la maladie de Cushing, incluant une période initiale, randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo. Au cours de cette période initiale de 12 semaines, 48 patients ont reçu Isturisa et 25 ont reçu un placebo. Cette période initiale a été suivie d’une période ouverte au cours de laquelle tous les patients ont reçu Isturisa jusqu’à la semaine 48; ensuite, les patients avaient l’option de rentrer dans une phase d’extension.

Les principaux résultats publiés dans le manuscrit intitulé « Randomised trial of osilodrostat for the treatment of Cushing’s disease » sont indiqués ci-dessous:1

  • LINC 4 a satisfait au critère principal de l’étude: Isturisa a été significativement supérieur au placebo pour normaliser le taux de cortisol libre urinaire moyen (mUFC) à la fin de la période de 12 semaines randomisée, en double aveugle (77 % vs 8 % ; P<0,0001).
  • Les effets d’Isturisa ont été rapides. Plus d’un quart des patients randomisés avec Isturisa ont présenté un mUFC normal dès la semaine 2 et 58 % à la semaine 5.
  • Le critère secondaire principal a également été satisfait, 81% des patients de l’étude ayant présenté un mUFC normal à la semaine 36.
  • Des améliorations des paramètres cardiovasculaires et métaboliques associés à la maladie de Cushing, y compris la tension artérielle et le métabolisme sanguin du glucose, ont été observées à la semaine 12 et se sont maintenues tout au long de l’étude.
  • Les caractéristiques physiques liées à l’hypercortisolisme se sont améliorées au cours du traitement par Isturisa, y compris les tissus adipeux, la rougeur faciale, les vergetures et la fonte musculaire. Ces améliorations ont été observées à la semaine 12, et se sont maintenues tout au long de l’étude jusqu’à la semaine 48.
  • Les scores de qualité de vie reportés par les patients (CushingQoL et inventaire de dépression de Beck) se sont également améliorés au cours du traitement avec Isturisa.
  • Isturisa a été bien toléré par la plupart des patients, et aucun effet indésirable inattendu n’a été signalé. De manière générale, les effets indésirables les plus fréquents ont été la perte d’appétit, l’arthralgie, la fatigue et les nausées.

« Ces résultats montrent de manière convaincante que l’osilodrostat est un traitement efficace pour la maladie de Cushing », a déclaré Peter J. Snyder MD, professeur de médecine à l’Université de Pennsylvanie. « L’osilodrostat a rapidement fait baisser l’excrétion de cortisol jusqu’à un niveau normal chez la plupart des patients atteints de la maladie de Cushing et a permis de maintenir des niveaux normaux tout au long de la phase principale de l’étude. Élément particulièrement important, cette normalisation s’est accompagnée d’améliorations des paramètres cardiovasculaires et métaboliques, qui augmentent la morbidité et la mortalité pour la maladie de Cushing. »

« Ces données probantes s’ajoutent aux résultats positifs de l’étude de Phase III LINC 3, publiées dans The Lancet Diabetes & Endocrinology en 2020.4 Elles démontrent qu’Isturisa permet à la plupart des patients atteints de maladie de Cushing de rapidement atteindre des niveaux de cortisol normalisés, ce qui, à son tour, permet de soulager toute une série de symptômes indésirables », a fait savoir Alberto Pedroncelli, directeur du développement clinique et des affaires médicales, Endocrinologie mondiale, Recordati AG. « Recordati Rare Diseases est déterminé à améliorer la vie des patients atteints de cette condition rare, débilitante, et qui compromet leur vie. Je souhaiterais remercier toutes les personnes qui ont participé à l’étude LINC 4 et au programme clinique LINC. »

« J’ai souffert de la maladie de Cushing pendant 8 ans sans avoir de diagnostic », a indiqué Thérèse Fournier de l'association « Surrénales ». « J’ai été prise dans un cercle vicieux de diagnostics ambigus et de symptômes physiques et psychologiques de plus en plus graves qui finissaient par compromettre ma vie. J’ai tout perdu : mon travail, ma maison, mon partenaire, mes amis. Je me suis retrouvée toute seule. Quand j’ai finalement reçu mon diagnostic, je me suis sentie soulagée de connaître la vérité. Depuis ma chirurgie, j’apprends à vivre de nouveau, à profiter des moments qui composent une vie. Je suis toujours en voie de rémission, mais je suis profondément heureuse, même si j’ai un parcours que personne ne peut comprendre. »

À propos du syndrome de Cushing Le syndrome de Cushing est une maladie rare causée par une exposition chronique à des niveaux excessifs de cortisol, provenant d’une source exogène (prise de médicament) ou endogène.5 La maladie de Cushing est la cause la plus fréquente du syndrome de Cushing endogène et est due à la production excessive d'hormone adrénocorticotrope déclenchée par un adénome pituitaire, tumeur de la glande pituitaire.5,6 Le syndrome de Cushing est souvent diagnostiqué tardivement, ralentissant ainsi le début de la prise en charge des patients.7 Les patients qui sont exposés à des niveaux excessifs de cortisol pendant une période prolongée présentent des comorbidités accrues, associées aux systèmes cardiovasculaire et métabolique, qui diminuent la qualité de vie et augmentent le risque de mortalité.3,6 Pour soulager les signes cliniques associés à l’exposition excessive au cortisol, l’objectif primaire du traitement du syndrome de Cushing consiste à abaisser les taux de cortisol jusqu’à un niveau normal.8

À propos de LINC 4 LINC 4 est une étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, de 48 semaines, avec une période initiale de 12 semaines contrôlée par placebo, pour évaluer la tolérance et l'efficacité d’Isturisa® chez les patients atteints de la maladie de Cushing. L’étude LINC 4 a inclus des patients atteints de la maladie de Cushing persistante ou récurrente ou des patients nouvellement atteints non admissibles à une chirurgie ; 73 patients randomisés ont été traités par Isturisa® (n=48) ou placebo (n=25).1 Le critère principal de l’étude est la proportion de patients randomisés ayant présenté une réponse complète (mUFC ≤LNS) à la fin de la période contrôlée par placebo (semaine 12). Le critère d’évaluation secondaire est la proportion de patients avec un mUFC ≤LNS à la semaine 36.1,9

À propos d’Isturisa® Isturisa® est un inhibiteur oral de la 11β-hydroxylase (CYP11B1), qui catalyse la dernière étape de la synthèse du cortisol dans les glandes surrénales.2 Isturisa® est disponible en comprimés pelliculés de 1 mg, 5 mg et 10 mg. 2 Isturisa® est approuvé pour le traitement des patients adultes atteints du syndrome de Cushing endogène dans l'UE et est maintenant disponible en France, en Allemagne, en Grèce et en Autriche.2

Isturisa® a obtenu l’autorisation de mise sur le marché par la Commission européenne le 9 janvier 2020. Pour obtenir des recommandations détaillées sur l’utilisation appropriée de ce produit, veuillez consulter le résumé des caractéristiques du produit.2

Références

1. Gadelha M, Bex M, Feelders RA et al. Randomised trial of osilodrostat for the treatment of Cushing's disease. J Clin Endocrinol Metab 2022; dgac178, https://doi.org/10.1210/clinem/dgac178. 2. Résumé des caractéristiques du produit d'Isturisa®. Mai 2020. 3. Ferriere A, Tabarin A. Cushing's syndrome: Treatment and new therapeutic approaches. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab 2020;34:101381. 4. Pivonello R, Fleseriu M, Newell-Price J et al. Efficacy and safety of osilodrostat in patients with Cushing's disease (LINC 3): a multicentre phase III study with a double-blind, randomised withdrawal phase. Lancet Diabetes Endocrinol 2020;8:748-61. 5. Lacroix A, Feelders RA, Stratakis CA et al. Cushing's syndrome. Lancet 2015;386:913-27. 6. Pivonello R, Isidori AM, De Martino MC et al. Complications of Cushing's syndrome: state of the art. Lancet Diabetes Endocrinol 2016;4:611-29. 7. Rubinstein G, Osswald A, Hoster E et al. Time to diagnosis in Cushing's syndrome: A meta-analysis based on 5367 patients. J Clin Endocrinol Metab 2020;105:dgz136. 8. Nieman LK, Biller BM, Findling JW et al. Treatment of Cushing's syndrome: An Endocrine Society clinical practice guideline. J Clin Endocrinol Metab 2015;100:2807-31. 9. ClinicalTrials.gov. NCT02697734; disponible sur https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02697734 (consulté en mars 2021).

Recordati Rare Diseases, le siège social EMOA de la société est situé à Puteaux, France, et les bureaux du siège social mondial sont situés à Milan, Italie.

Pour obtenir la liste complète des produits, veuillez visiter : www.recordatirarediseases.com/products.

Recordati, société créée en 1926, est un groupe pharmaceutique international coté à la Bourse d'Italie (Reuters RECI.MI, Bloomberg REC IM, ISIN IT 0003828271), comptant plus de 4 300 collaborateurs qui se consacrent à la recherche, au développement, à la fabrication et à la mise sur le marché de produits pharmaceutiques. Basée à Milan, en Italie, Recordati évolue dans toute l'Europe, en Russie et dans les autres pays de la CEI, en Ukraine, en Turquie, en Afrique du Nord, aux États-Unis d’Amérique, au Canada, au Mexique, dans certains pays d'Amérique du Sud, au Japon et en Australie. Une équipe efficace de représentants médicaux sur le terrain promeut une large gamme de produits pharmaceutiques innovants, tant exclusifs que sous licence, dans plusieurs domaines thérapeutiques qui incluent des activités spécialisées dédiées au traitement des maladies rares. Recordati est un partenaire de choix pour les licences de nouveaux produits sur les territoires où la société évolue. Recordati est engagée dans la recherche et le développement de nouvelles spécialités, en mettant l'accent sur les traitements destinés à soigner les maladies rares. En 2021, les revenus consolidés s'élevaient à 1 580,1 millions EUR, le résultat d'exploitation à 490,2 millions EUR, et le revenu net à 386,0 millions EUR.

Complément d'informations

Site web de Recordati : www.recordatirarediseases.com

Ce document contient des énoncés prospectifs concernant des évènements futurs et des résultats d'exploitation, économiques et financiers futurs du groupe Recordati. De par leur nature, les énoncés prospectifs impliquent des risques et des incertitudes car ils dépendent d’évènements et de circonstances futur(e)s. Par conséquent, les résultats réels peuvent varier sensiblement de ceux anticipés, pour des raisons variées, dont la plupart échappent au contrôle du groupe Recordati. Les informations sur les spécialités pharmaceutiques et autres produits du groupe Recordati qui figurent dans ce document sont uniquement destinées à renseigner sur les activités du groupe Recordati et, en tant que telles, elles ne visent pas à fournir une indication ou recommandation scientifique médicale, ou à servir de publicité.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Celine Plisson, MD Directrice des affaires médicales Téléphone : +33(0)147739463 Email : PLISSON.C@recordati.com

Recordati (BIT:REC)
Historical Stock Chart
Von Nov 2022 bis Dez 2022 Click Here for more Recordati Charts.
Recordati (BIT:REC)
Historical Stock Chart
Von Dez 2021 bis Dez 2022 Click Here for more Recordati Charts.